[Étude de cas] le blog “trousse à lignes” : l’usage des outils web dans l’enseignement

Cet article fait est un bref constat sur l’usage des outils web dans l’enseignement. Parmi mes expériences dans le secteur public ou privé j’ai rencontré quelques plateformes d’e-learning mises à disposition : Claroline (à l’IUT de Velizy), Moodle (à l’IUT de Montreuil), et Ganesha (au Campus de la Fonderie de l’Image).

Ce sont des outils assez complets, tous avec ses avantages et inconvénients, certains plus ou moins ergonomiques et attrayants que d’autres, mais je n’ai pas réussi à les faire vraiment s’imposer comme un espace virtuel de supplément de cours.

Certaines fonctionnalités de base (communes à toutes ces plateformes) telles comme réaliser un QCM, créer un forum (ou encore un wiki), proposer un fichier aux étudiants peuvent être assez pratiques. Mais dans le contexte de l’enseignement de matières comme la création graphique, par exemple, elles peuvent devenir très peu fonctionnelles :

  • Les évaluations rarement se passent sur la forme d’un QCM ;
  • Les forums/wikis ne sont jamais utilisés par les étudiants spontanément (ou ils les utilisent au minimum, quand la démarche part de l’enseignant) ;
  • Les systèmes sont souvent configurés à une limite de taille des fichiers à 2Mo maxi, ce qui est dérisoire pour la création de fichiers d’image.

Quand on compare l’usage que les étudiants font de ces systèmes avec leur niveau d’interaction sur les réseaux sociaux, je me dis qu’il y a un problème flagrant.

C’est pour cela que j’ai décidé de tester une plateforme alternative et indépendante, en utilisant un simple blog (sur WordPress) incrémenté avec des plug-ins (buddypress, achievements, et encore d’autres) pour bien l’adapter au contexte communautaire et de l’enseignement. Le résultat est net : la participation et implication des étudiants est visiblement accrue.

Prenons l’exemple du blog « trousse à lignes », mis en place pour les classes préparatoires, les prép’com (2 classes de 20 étudiants) au campus de la fonderie de l’Image. En 6 mois (entre novembre 2012 et la publication de cet article, le 12 avril), on compte 6.000 visites et 26.000 pages vues étalées sur une progression décroissante comme indique le suivi de trafic en bas.

Capture d’écran 2013-04-14 à 12.04.21

L’oscillation décroissante de ce graphe a un rapport direct avec le type d’activité proposé en cours. La forte adhésion en début d’année et son auto-gestion dans les mois subséquents peuvent être aussi lues dans cette courbe.

En moyenne, ça veut dire que chaque étudiant visite 0,8 fois par jour (ou 3,6 pages visitées/jour) même si on a cours ensemble une fois par semaine, en moyenne.

Parmi les interactions actives (où on rajoute du contenu) qu’on peut envisager avec un blog (la création d’un article, publication d’un commentaire, participation dans un forum, ou dans un groupe) le plus souhaitable et complet est la publication d’un article. Ça se traduit normalement par l’affichage d’un travail personnel ou l’écriture d’une argumentation/opinion. Parmi la moitié la plus active de la classe, ça représente une moyenne de 15 articles par étudiant. Ce n’est pas rien. La moitié de ces articles correspondent à des rendus d’exercices, et le reste ce sont des articles spontanés. C’est un très bon indice.

Parmi quelques ingrédients de la réussite de cet outil simple, gratuit et open source, voici quelques conclusions d’après son usage.

Personnalisation/Personnification

Avec BuddyPress on ajoute une couche communautaire à WordPress. Chaque utilisateur passe a avoir une page profil, avec une timeline personnalisée où on peut voir l’ensemble des interactions réalisées. Il y a, comme sur Facebook, la notion de « mur » collectif où on peut suivre les interactions du groupe. D’autres fonctionnalités s’installent avec ce plug-in, comme la possibilité de créer des groupes, un forum, etc.

La notion d’auteur sur un Worpress de base ne rendait pas cette dimension d’individu assez visible et Buddypress apporte vraiment un plus au tissage communautaire.

Le titre du blog, « trousse à lignes » est une métaphore à cet endroit qui se propose le blog, un lieu pour la pratique d’une écriture personnelle, un lieu de construction des lignes graphiques de chaque étudiant dont… la progression est visible sur les timeline personnelles.

Au début de l’année, j’ai demandé à chaque étudiant de réfléchir à la création d’une bannière pour le blog, pour illustrer ce concept. C’est tout bête comme activité, mais cela a créé le sentiment d’appartenance des étudiants avec le blog. Cela a contribué à une forte augmentation dans les interactions actives dans le blog.

copy-Banniere_JVDS

copy-banniere_Nithaya

copy-bannière

copy-Bannière1

copy-headerthiago

copy-Batement-de-coeur

copy-Trousse-à-lignes-Maxime

Gammification

« Achievements for WP » (en français « réalisations ») est un plug-in qui attribue un score, des gratifications en points à certaines interactions sur le blog, comme remplir son profil, publier un article ou un commentaire. C’est assez drôle de voir qu’une simple attribution de points aux taches interactives dans le blog peut les motiver à « jouer le jeu », même si on laisse clair depuis le début de l’année que ce score n’aura aucune influence sur la note du semestre.

Qui pourrait détrôner le prof? ;-)

Qui pourrait détrôner le prof? ;-)

Je considère la dimension « récréative » apportée par ce plug-in sous la même optique des serious games : le pari d’une étroite relation entre la jouabilité et l’apprentissage est confirmé.

Vitrine

Le blog est ouvert sur le web (certains outils comme les forums et les groupes peuvent être configurés dans le mode privé, si les auteurs le souhaitent). Cela donne une visibilité et transparence au cours et sa progression. La visualisation des progressions est un excellent outil pédagogique: cela permet à chacun de s’auto évaluer, de comparer ses performances avec ses collègues, ce qui augmente le niveau de production.

Quand les étudiants sont fiers de leurs productions, ils peuvent « liker » ses articles sur Facebook, publier sur tweeter ou un autre réseau social. Il y a en a une poignée de plug-ins capable de rendre cette tache plus rapide en ajoutant des boutons de partage sur les pages du blog.

Éducation numérique

Une dernier avantage constaté avec ce blog est la sensibilisation des étudiants à l’outillage web. Certains ont été poussés à la création de son propre portfolio avec un CMS ou encore « à la main » en HTML/CSS. Cela a démystifié la création sur web et a fait découvrir des vocations.

- – -

Enfin, le plus important c’est que usage des outils web dans l’enseignement, quand empruntent les fonctionnalités des réseaux sociaux, peuvent créer des liens entre les étudiants, avec l’enseignant aussi et propulser le niveau des réalisations.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

6,898Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Les balises HTML ne sont pas autorisés.